L’espoir révulsé

Convictions, ô combien de fois spoliées !
Aspirations, ô combien de fois foulées !
De ces prédicaments, nulle expectative !
Le chant du Peuple absout le Parloir
D’un geste sous fond d’invectives,
Condamné par la soif d’un Désespoir
Ô combien parjuré …

Certitudes, ô combien de fois vaines !
Défiance, ô combien de fois feinte !
Marianne ! Tu exhibes le brassard de l’inanité,
Te prévalant de la crainte d’un peuple acculé
A geindre dans une rage endémique,
Tissée de rêves avortés et d’un Espoir,
Ô combien chimérique …

Le jardin supplicié

Ce monde en rage
……Glapi, enfoui, tapi dans les interstices
………d ..De mes membranes poreuses,
………………….Grouille, fourmille, souille
…………………………..Les circonvolutions de mon cerveau en cage.

………………………………………………………………..Ce monde en cage
………………………………………..Griffe acérée, anicroche rouille
………………………….Suspendue à mes neurones vareuses,
………..Joue les stances damocléennes d’une justice
Arbitraire dans ce monde en rage.

Notre monde de mages
……..Illusionnistes marionnettistes
…………………..Entrecroisent sur l’Ourdissoir anti-rouille
…………………………………Les mélopées aux tonalités pieuses
……………………………………………..Styx de notre monde en nage.

…………………………………………………….De ce Monde de tapages,
………………………………..Le maillet de l’Imposteur flûtiste
……………………..Egrène le lamento arsouille
……….Et dépouille cette Scansion creuse
De ce Monde de l’Age.